Sobek la momie du dieu crocodile

Veneration


C’est l’histoire d’un crocodile né sur les rives du Nil, il y a 2600 ans, vénéré par les hommes de l’époque qui voyaient en lui l’incarnation du dieu Sobek.
A sa mort, les embaumeurs préparèrent sa dépouille pour affronter l’éternité.
En 1893, sa momie fut retrouvée au cours de fouilles entreprises à Kom Ombo.
En 1895, elle fut exposée pour la première fois au British Museum. Puis elle sommeilla durant plus de 75 ans dans les réserves du musée.
En 2015, le reptile momifié fait à nouveau parler de lui. Grâce aux nouvelles technologies de l’imagerie, l’incarnation de Sobek nous livre ce qu’il a dans le ventre.

Sobek

Armée de 64 à 68 dents acérées, la mâchoire d’un crocodile du Nil est sans doute la plus puissante du règne animal. La pression exercée au moment de la morsure peut atteindre plus d’une tonne par centimètre carré.
Surnommé « Seigneur de la peur » ou « Dents acérées » par les habitants de l’Egypte ancienne, il faisait l’objet d’un culte particulier dans le temple de Kom Ombo.

Le spécimen présenté dans le cadre de l’exposition au British Museum mesurait quatre mètres de long et devait patauger dans un bassin sacré du temple en 600 avant J.C.
A sa mort, avant de procéder à la momification, les embaumeurs liaient la mâchoire du reptile avec des bandes de lin qui sont encore visibles aujourd’hui, sous la pellicule de résine qui recouvre le corps de l’animal. Dans cet univers de magie, on peut supposer qu’ils voulaient s’assurer que le dieu Sobek ne puisse ouvrir sa gueule… on n’est jamais trop prudent!

Sobek
petit croco momifié

Une momie de quatre mètres passée au scanner

Salle 3 du British Museum
du 10/12/2015 au 21/2/2016
Le British Museum en partenariat avec le géant japonais de l’édition Asahi Shimbun présente les résultats des dernières recherches effectuées sur une momie de crocodile.

Momie de crocodile dans le scanner

Le Royal Veterinary College a passé la momie du crocodile au scanner livrant ainsi de nouveaux détails sur la vie et la mort de l’animal.
En utilisant un logiciel de visualisation très précis, les données des coupes scannées ont été transférées en mode 3D pour révéler des images détaillées sur les caractéristiques internes de la momie.
Ce travail a permis de mieux appréhender le processus de momification. On remarque que tous les organes n’ont pas été ôtés par les embaumeurs. L’estomac contenait encore les restes du derniers repas du reptile.
Au menu, des morceaux de vache, incluant une omoplate et les parties d’un membre antérieur.

Des crocodiles de plus petites tailles étaient sacrifiés et momifiés par les prêtres. Ils étaient ensuite présentés comme offrandes au dieu Sobek. Un fidèle aurait pu acheter une petite momie de crocodile pour entrer dans les bonnes grâces du dieu Sobek, dans l’espoir de recevoir sa protection.

Sobek

Pour les habitants de l’Egypte ancienne, le crocodile était un prédateur redoutable au comportement imprévisible. Il pouvait occasionnellement s’attaquer à l’homme. Il inspirait crainte et respect.
Pour les Egyptiens de l’époque il était une divinité à la fois terrifiante et protectrice. On l’invoquait pour se mettre à l’abri des dangers du Nil. La croyance populaire voulait que la présence de crocodiles dans le fleuve annonçait une crue favorable et d’excellentes récoltes. Associé aux crues annuelles du Nil, Sobek était le garant de la fertilité des terres et le gardien des récoltes.

Différentes représentations de Sobek

Vénéré depuis les premières dynasties jusqu’à la période romaine, Sobek prit diverses apparences: celle d’un crocodile, mais aussi de la momie d’un crocodile ou encore celle d’un humain arborant une tête de crocodile. Il porte fréquemment une couronne constituée de deux plumes et de cornes(3) mais il est parfois coiffé d’un disque solaire.
(1)Ci-contre: Le général égyptien Nakht rend hommage au dieu crocodile qui apparaît ici sous la forme d’un crocodile momifié couché au sommet d’un autel.
(2)Un lien étroit relie Sobek au pouvoir royal. Sur ce dessin on peut voir le pharaon protégé par deux crocodiles. Le nom de Sobek sera d’ailleurs intégré à plusieurs noms de pharaons durant le Moyen Empire (Sebekhotep Ier, Sebekneferourê). Le dieu crocodile sera également associé à Horus, le dieu faucon.

(3)Sobek sous la forme d’un crocodile portant la couronne à plumes et à cornes.

(4) Amulette représentant la déesse Neith considérée comme la mère de Sobek. Nourrice des crocodiles, elle donne le sein à deux petits reptiles. Neith est une divinité féroce en lien avec la chasse et la guerre. Elle était aussi associée au tissage des bandelettes qui protégeaient les momies.(664 – 525 avant J.C.)

(5) Le dieu Sobek prenant l’apparence d’un crocodile portant le disque solaire. Des milliers de figurines en bronze comme celle-ci furent utilisées dans l’Egypte ancienne comme offrandes d’intercession pour entrer en communication avec Sobek.

(6) Sobek sous les traits d’un corps humain arborant une tête de crocodile. On distingue partiellement la couronne à plume et à cornes ainsi qu’un disque solaire.(Temple de Kom Ombo)

sobek

Divinité égyptienne

Sobek

Scanner de la momie du crocodile
Scanner de la momie d'un crocodile

Exposé sur la momie d'un crocodile

Le 25 janvier 2016, Barbara Wills (conservator) et Caroline Cartwright (scientist) du British Museum s’adressaient aux membres du musée pour leur communiquer le bilan de leurs recherches: un voyage en profondeur sur la conservation et les résultats de l’observation scientifique d’une momie de crocodile vieille d’environ 2500 ans. Voici quelques notes prises au vol au cours de l’exposé.
Intervention de Barbara Wills

Mme Wills a tout d’abord replacé le culte de Sobek dans son cadre historique.
La momie du crocodile fut trouvée avec quelque 300 autres lors d’une campagne de fouilles menée sur le site de Kom Ombo, situé à 50 km au nord d’Assouan.

Le temple de Kom Ombo

Temple de Kom Ombo en 1848.
David Roberts

La première étape fut d’effectuer un bilan de l’état de conservation de la momie.
Afin de sécuriser un maximum le champ d’observation, la momie de quatre mètres fut placée sur un matelas de mousse. Elle était couverte de poussière.

Il s’agissait avant tout, de répertorier les endroits fragiles: craquelures, parties où la résine était endommagée.
On repéra un grand nombre de galeries de termites en surface. Certaines parties de la momie étaient défoncées. Il fallait donc s’appliquer à reconstituer les volumes manquants.

On utilisa du White Spirit pour traiter les craquelures. On les tamponna 10 cm par 10 cm avec ce solvant.

Pour la reconstruction, le choix se porta vers le papier japonais qui est très résistant.


A l’aide de ce papier on fabriqua une sorte de pâte (papier-mâché) que l’on pouvait modeler et colorer. Ce qui permit tantôt la consolidation de certaines surfaces et la reconstitution d’autres plus abimées.

Barbara Wills

Intervention de Caroline Cartwright

Mme Cartwright a présenté son expertise scientifique qui porte sur l’identification et l’interprétation de matières organiques telles que le bois, les fibres, les résidus de plantes, les os, les cheveux, les poils, le charbon de bois, les résines, …
Le matériel utilisé pour effectuer ces analyses comprenait outre le microscope optique, un scanning electron microscope (SEM) Hitachi-3700N de très haute résolution.

Pour faire simple, un faisceau d’électrons balayant la surface d’un objet produit des signaux qui permettent de former une image 3D en noir et blanc de cette surface. L’image ainsi obtenue est claire, détaillée et possède une très haute définition, si bien qu’on peut la soumettre à des agrandissements élevés (jusqu’à plusieurs milliers de fois) tout en conservant une très bonne qualité d’image.

Caroline Cartwright utilise cette technologie pour l’identification de fibres à partir d’échantillons prélevés sur les objets à expertiser.

Ci-dessous: image de fibres de lin obtenue avec le SEM (scanning electron microscope)
Source: British Museum – Cartwright and Taylor.

fibres de lin

Scanning Electron Microscope (SEM) Hitachi-3700N

scanning electron microscope Hitachi 3700

Références :

http://conserving-curiosities.blogspot.be/2013/04/materials-identification-at-british.html

Momies humaines et animales