Visite du quartier VII de Pompéi

Comme on le remarque sur la vue ci-dessous, la Via Marina mène au Forum et délimite les Quartiers VII et VIII.
Le Forum et ses alentours constituaient le centre de la vie publique. C’est l’endroit où il faut être vu. Ici se juxtaposaient les activités politiques, juridiques, administratives, économiques et religieuses de la cité. En cela, Pompéi reproduisait le schéma des villes de l’Empire. Comme dans toutes les villes romaines, le Forum était le coeur de la cité. C’est ici que les citoyens se retrouvaient. C’est ici que l’on venait pour avoir les nouvelles fraîches, mais sans doute, aussi les derniers « potins » de Pompéi. Avez-vous vu cette inscription sur la façade de la taverne d’Aselina? Et ce beau gladiateur? Il paraît que… et patati et patata

Plan du Quartier VII de Pompéi

Le Forum

Annonce électorale Pompéi

Les annonces électorales


En période électorale (une fois par an) les annonces florissaient sur les façades des maisons. Pendant trois semaines la campagne d’affichage battait son plein. On a retrouvé plus de deux mille inscriptions électorales sur les murs de la cité. Peintes à la hâte par des amateurs ou réalisées par des « scriptores » professionnels, les annonces vantaient les vertus du futur élu dont on soutenait la candidature.
Ci-contre : Inscription électorale sur la façade d’une boutique du Quartier VI, situé au nord du Forum.

Bacchus et Vénus, les deux divinités tutélaires de la cité, y sont représentés. L’affichage soutient la candidature de C. Lulius Polyblius, en 73 après J.-C.

Musée Archéologique de Naples

Pour introduire sa candidature afin de briguer une fonction d’édile, il fallait non seulement être un homme (les femmes n’avaient aucun droit politique) né libre (les esclaves étaient exclus de la vie politique) âgé de plus de 25 ans et résider dans la ville. Mais il fallait également avoir une fortune personnelle d’au moins 100 000 sesterces.

Si les fonctions de duumvir et d’édile procuraient prestige et autorité, elles ne rapportaient pas le moindre denier dans l’escarcelle, que du contraire. Les citoyens attendaient des élus qu’ils puisent avec largesse dans leur fortune personnelle pour offrir au peuple des jeux dans l’amphithéâtre, des spectacles dans les théâtres et financer de grands projets de reconstruction après le tremblement de terre de 62 après J.-C.

Quelques prix à titre de comparaison
Les montants suivants sont donnés à titre indicatif. Il faut tenir compte que les prix pouvaient varier en fonction des périodes de l’année (les saisons, par exemple, les pénuries, …) et évoluaient au fil des siècles.

1 denier = 4 sesterces = 16 as

A Pompéi, Edone affiche le prix de ses vins de 1 à 4 as la mesure (environ 500 cl).
La solde annuelle d’un légionnaire s’élève à 300 deniers soit 1200 sesterces.
Il faut compter 100 deniers par an, pour un logement très moyen.
Pour 1 as, on achète 1 poulet ou 5 oeufs ou 1 pain d’environ 500 grammes.
Un demi kilo de lard coûte 3 as.
Mais 1 lapin coûte 2 sesterces.
Le nettoyage d’une tunique coûte 16 as.
Un homme libre, lorsqu’il est ouvrier gagne environ 4 sesterces par jour.

En période électorale, les façades se tapissaient d’éloges pour l’un ou l’autre candidat. Des associations exprimaient également leur soutien. Les femmes, bien que n’ayant pas le droit de vote, participaient activement à la campagne en recommandant leur édile favori. Ce qui n’était pas toujours du goût du candidat, surtout lorsque ces dernières étaient serveuses de cabaret: Aselina, Maria, Zmyrina et Aegle vous recommandent Lollius Fuscus duumvir chargé de la voirie et de l’entretien des édifices civils et religieux.
Il semblerait que Lollius Fuscus fit badigeonner le nom des groupies.

Certaines inscriptions avaient pour objectif de discréditer des concurrents: « Tous les ivrognes et les voleurs soutiennent Marcus Cerrinius Vatia. »

graffiti sur les murs de Pompéi
graffiti Pompéi

La campagne électorale terminée, tous les citoyens (les hommes nés libres, inscrits dans les registres de la ville) étaient appelés à voter par quartier. Les candidats plébiscités exerçaient leur charge pour un an jusqu’aux élections suivantes.

Le comitium

Situé dans l’angle sud-est du Forum, cet édifice (voir ci-dessous) était utilisé pour les réunions publiques de la cité.
On pense que c’est là qu’avait lieu le dépouillement des votes.

Les trois édifices municipaux

En bout de piste du Forum, trois édifices se partagent des fonctions sujettes à discussion entre spécialistes. L’édifice central aurait accueilli les archives de la cité. Celui situé à l’est, aurait servi de salle de réunion aux magistrats et celui situé à l’ouest aurait été attribué au Conseil des décurions.

Comitium

Le Temple de Jupiter

Au nord du Forum avait été édifié le Temple de Jupiter (voir reconstitution 3D, ci-contre) qui plus tard fut consacré à la trilogie divine: Jupiter, Minerve et Junon.

En se dirigeant vers l’angle nord-est du Forum, les Pompéiens du Ier siècle, devaient certainement percevoir les effluves en provenance du Macellum, grand marché aux viandes et aux poissons. La vie à cette époque était bien moins aseptisée que celle que nous connaissons aujourd’hui. Les odeurs diverses devaient se répandre ,en fonction des activités: blanchisserie , boulangerie, taverne, marché aux légumes,…
Chaque boutique, chaque rue, chaque quartier devaient dispenser des senteurs, tantôt agréables, tantôt nauséabondes.

Temple de Jupiter

Le Macellum

Mosaïques - Poissons

Le Macellum

tintinnabulum


rand marché aux viandes et aux poissons depuis le règne d’Auguste, le Macellum était constitué d’une grande cour rectangulaire au centre de laquelle s’élevait une sorte de « gazébo » à 12 côtés qui abritait une fontaine. On y nettoyait les coquillages et les poissons qui étaient ensuite revendus sur des comptoirs dans des boutiques qui encadraient la place. A proximité du marché, dans le mur extérieur du Temple d’Apollon, une niche accueillait les poids et mesures étalons qui permettaient à tout moment de contrôler la conformité des poids et mesures utilisés sur le marché.
Ci-contre, petit carillon (tintinnabullum) phallique que l’on plaçait à l’entrée d’une boutique. Les emblèmes phalliques étaient courants à Pompéi. On leur attribuait une valeur de talisman, porte-bonheur, (prospérité et fécondité).

Mosaïques Pompéi

Mosaïques Pompéi

Le Temple d'Apollon

Temple d'Apollon
Temple d'Apollon 3D

Basilique de Pompéi

La Basilique romaine n’était pas un édifice religieux, comme on pourrait le croire. Il s’agissait bien au contraire du siège juridique de la cité. Tribunal civil et commercial, c’est là que les magistrats rendaient la justice. C’était sans doute le bâtiment le plus important de la cité, tant par ses dimensions que par sa fonction. Il comportait 5 entrées et l’espace intérieur, avec ses 28 colonnes corinthiennes en briques recouvertes de stuc, devait exercer sur le visiteur une impression à la fois de puissance et d’élévation.

Basilique de Pompéi

PLan du Forum de Pompéi

Basilique de Pompéi

Basilique de Pompéi

Resources:
  • Magazine Histoire & Civilisations N°26 mars 2017 – Le Monde / National Geographic
    Article « Jour de vote à Pompéi » de Fernando Lillo Redonet – Docteur en Philologie classique et écrivain
  • POMPÉI – L’antiquité retrouvée – Jean-Marc Irollo – Éditions Place des Victoires – 2014
    Adapté de Pompéi, la vita ritrovata – Magnus Edizioni
  • Commentaires explicatifs accompagnant les collections exposées du Musée Archéologique de Naples
  • Émission de la Chaîne de Télévision France 3 – « C’est pas sorcier » consacrée à Pompéi.
  • Guide aux fouilles de Pompéi – Brochure éditée par le site officiel du Parc Archéologique de Pompéi –
    Télécharger gratuitement « CLIC »
suite visite de Pompéi

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *