19 juillet … 5h45 du matin

Le Petra Inn présente, il faut le signaler, un avantage de taille: on le quitte vers 5h45 du matin pour être à 6 heures devant la grille qui ferme l’accès au site. Nous sommes les seuls à attendre pour entrer. Le gardien contrôle mollement notre billet. Cette fois, c’est parti… en route vers de nouvelles aventures ! Le soleil est encore timide et reste collé sur les sommets des collines avoisinantes.

Cliquez pour agrandir
  • Entrée du site de Pétra
    Entrée du site de Pétra
    Nous empruntons le chemin qui mène au Siq (le défilé)
  • Premières tombes nabatéennes
    Premières tombes nabatéennes
    À gauche du chemin nous apercevons les premières tombes nabatéennes. Les façades sont décorées de créneaux de style assyrien.
  • Le tombeau aux obélisques
    Le tombeau aux obélisques
    Le tombeau aux obélisques occupe la partie supérieure de la construction. La partie inférieure était un lieu de recueillement. Les deux parties forment une entité.
  • Le début du défilé
    Le début du défilé
    Nous abordons l’entrée du Siq (le défilé) qui serpente sur 2 kilomètres avant d’aboutir devant le Temple de la Khazneh (Le Trésor)
  • Le Siq
    Le Siq
    Sinueux, parfois très étroit, le Siq est bordé de chaque côté par des rigoles. Tandis que nous poursuivons notre progression, nos voix ainsi que nos pas résonnent contre les parois.
  • Un réseau de canalisations
    Un réseau de canalisations
    Un réseau de rigoles creusées dans la paroi rocheuse récoltaient l’eau de pluie et l’acheminaient vers la cité.
  • Alimentation de Pétra en eau
    Alimentation de Pétra en eau
    Nous poursuivons notre progression dans le défilé tout en observant l’ingénieux système élaboré par les Nabatéens pour alimenter en eau la ville qui à l’époque comptait quelque 30 000 habitants.
  • Deux aqueducs alimentaient Pétra en eau
    Deux aqueducs alimentaient Pétra en eau
    Deux aqueducs serpentaient de part et d’autre du Sic . Taillés dans la paroi, ils acheminaient l’eau en provenance des cinq sources environnantes.
  • Bas-relief d’un chamelier
    Bas-relief d’un chamelier
    Nous approchons de la sortie du Siq. Un bas-relief taillé dans la paroi représente un chamelier à la tête de sa caravane. Partiellement détruit, il se tient non loin de l’entrée de la ville.
  • Premier regard sur la Khazneh
    Premier regard sur la Khazneh
    À chaque coude du défilé , nous nous préparons à découvrir le temple de la Khazneh … et puis soudain, »Le Trésor » nous apparaît entre les parois rocheuses.
  • Le Temple du Trésor
    Le Temple du Trésor
    Nous débouchons au pied du Temple du Trésor. Un duo de dromadaires caparaçonnés et numérotés traînent leur bosse nonchalamment devant le site.
  • Le Temple de la Khazneh
    Le Temple de la Khazneh
    La Khazneh ou Le Trésor. Son nom lui vient d’une légende selon laquelle un pharaon aurait caché un trésor dans l’urne en pierre qui couronne le monument.
  • Une buvette déserte
    Une buvette déserte
    En cette heure matinale, le site est plongé dans le silence et l’immobilité. Le propriétaire de la buvette somnole, assis sur un tabouret.
  • Boutique à Pétra
    Boutique à Pétra
    Nous abordons les lieux dans une athmosphère paisible, dans la plus grande indifférence des marchands qui ne sont pas encore levés.
  • La boutique du marchand de sable
    La boutique du marchand de sable
    Dans la boutique du marchand de sable, les flacons aux sables multicolores s’alignent sur l’éventaire. Mais le patron dort encore.
  • Pétra dort encore
    Pétra dort encore
    Seuls nous déambulons entre les tombeaux. Au sommet d’un rocher, un gardien, à moins que ce soit un marchand, poursuit sa nuit, enroulé dans une couverture.

Plan du site archéologique de Pétra

Pétra: cité caravanière cosmopolite

T centuryout comme PALMYRE, sa concurrente, PÉTRA se trouve à la croisée des routes empruntées par les caravanes.
La cité offrait aux marchands venus d’Arabie et du Levant, un point de chute pour se ravitailler en eau et une aire de repos sécurisée. Lieu de transit de marchandises et de denrées, la cité générait de nombreux échanges commerciaux entre des populations en provenance de tous les horizons.
Ce rassemblement cosmopolite favorisa non seulement la redistribution commerciale, mais engendra de nombreuses influences et interactions entre les différentes communautés.
On en trouve d’ailleurs des manifestations dans l’architecture nabatéenne qui s’inspire tant
– des Égyptiens (obélisques, sphinx, moulure dite gorge égyptienne,…)

– des Assyriens (les créneaux de façade,…)

– des Grecs et des Romains (colonnes corinthiennes, frontons, chapiteaux, pilastres, péristyles…)

C’est donc un style syncrétique qui va s’épanouir sur les façades des quelque 680 édifices qui constituent aujourd’hui le site archéologique de Pétra.

Les Nabatéens agrémenteront ces différents apports extérieurs de quelques éléments architecturaux spécifiques comme le fronton entrecoupé ou brisé, les chapiteaux à cornes et l’intégration de motifs décoratifs comme les urnes et les rosettes.

Les édifices de Pétra sont principalement funéraires (tombes), religieux (temples) ou culturel (théâtre / odéon) et majoritairement creusés dans la paroi rocheuse.

Ci-dessous, deux exemples de tombeau: la tombe aux obélisques et le tombeau de la soie(3)

La tombe
aux obélisques

Le long du Wadi Moussa, avant de pénétrer dans le canyon du Siq qui conduit à la Khazneh, on distingue sur la gauche du chemin un édifice qui illustre bien le syncrétisme des styles architecturaux.

Tombeau de la soie

Pétra aux premières lueurs du jour

L century Gothic 72es premières lueurs du jour éclaboussent les sommets rocheux. Pétra est comme pétrifiée, fossilisée. Dans ce décor minéral, la nature a du mal à s’éveiller. Seul le craquement des pierrailles sous nos semelles rompt le silence.
Nous profitons pleinement de ces quelques moments durant lesquels, nous sommes seuls à contempler toutes ces merveilles.

Nous nous surprenons à parler à voix basse, tant le silence recouvre les lieux. Aucun autre murmure ne s’élève. Nous nous arrêtons un instant. Aucun bruit de pas ne nous parvient. Nous sommes décidément seuls, …pour l’instant.

Nous savons que dans quelques heures une foule de visiteurs prendra possession du site.

Le sentiment qui m’envahit me rappelle l’enfance. Ces parties de « cache-cache » entre copains, où chacun dans sa cachette attendait fébrilement le moment d’être découvert.

Après nous être longuement attardés, admiratifs devant le Khazeh, nous reprenons notre exploration, par la droite, sur un chemin plus large qui porte le joli nom de « rue des façades ».
À vrai dire, il abrite un grand nombre de tombes, toutes marquées par des encadrements sculptés.

Montage photographique de Pétra
Montage photographiqque composé de 2 photos juxtaposées

En suivant le wadi Moussa

Tombeaux nabatéens

Nous mettons à profit notre avance pour prolonger ces instants uniques d’exploration à deux.

Nous arrivons bientôt à une fourche. Le chemin principal prend la courbe. Au loin nous distinguons les vestiges du grand théâtre. À notre gauche, s’amorce un sentier plus étroit.

C’est ici que débute les 700 marches taillées dans la roche qui conduisent au sommet du Djebel Madhbah où se trouve le site dit des « hauts lieux du sacrifice ».

Nous optons pour cette dernière solution et commençons l’ascension du rocher.

Suite


À vous de choisir…

Pétra chapitre 1

Vous lisez actuellement

Pétra chapitre 2

Pétra Chapitre 3

Petra Chapitre 4
Pétra liens Le Deir
Chapitre 6 : Les tombes royales - Lecture

Les Nabatéens